On se retrouve pour la deuxième partie de cet article consacré aux principales idées reçues que l’on peut entendre sur les cosmétiques naturels.

Bonne lecture,

Géraldine

6. Les cosmétiques naturels sont difficiles à trouver

Réalité de la grande distribution

Il est vrai que si vous avez l’habitude d’acheter vos cosmétiques en grande distribution, il sera plutôt compliqué de trouver des produits naturels, artisanaux et locaux.

La raison principale étant le prix à payer pour les artisans : dans les faits, les magasins vont souvent exiger 50% du prix de vente. Pour la marque, cela devient très peu rentable car les marges à la base sont bien plus petites que sur des cosmétiques conventionnels.

On peut également évoquer le « problème » de la conservation (développé plus en détails au point 7). En effet, la grande distribution va favoriser des produits qui se conservent très longtemps, ce qui n’est pas le cas de la plupart des cosmétiques naturels.

Finalement, les volumes demandés peuvent aussi représenter une limite, car les capacités de production des artisans restent restreintes. Néanmoins, le naturel et le local ayant le vent en poupe, les grandes enseignes sont de plus en plus ouvertes à mettre en place des pop-up stores qui permettent aux artisans de s’offrir (souvent à prix d’or) une visibilité pour quelques jours.

Privilégier les circuits courts

Le meilleur moyen de trouver des pépites produites par des artisans passionnés est de favoriser les circuits courts et les commerces de proximité de votre région : magasins en vrac, épiceries bio, marchés, drogueries écologiques, boutiques de créateurs, concept stores sont autant de lieux qui proposent des cosmétiques naturels de qualité et produits localement.

Shopping en ligne

Il est plutôt facile pour un artisan de créer une boutique en ligne. Internet est donc un très bon moyen pour trouver d’excellents produits, tout en restant bien installé dans le confort de son canapé. Des plateformes comme Instagram et Facebook permettent également de découvrir des marques émergentes, tout comme les blogs spécialisés, qui mettent très régulièrement en lumière de nombreux produits.

Patience, patience

Avoir une belle peau au naturel est un marathon et non un sprint, mais une fois qu’on arrête de lui infliger des substances qui perturbent son équilibre au quotidien, la peau peut enfin travailler efficacement et tendre vers l’équilibre, ce à quoi elle aspire intrinsèquement.

Bouche à oreille

Finalement, un petit mot sur le bouche à oreille : les recommandations c’est quand même la base, ne vous privez donc pas de l’expérience de vos connaissances ! Je recommande de parler et de demander conseil à votre entourage ; cela vous permettra sans doute de faire de bien belles découvertes.

7. Les cosmétiques naturels ne se conservent pas

On ne peut nier que la durée de conservation des cosmétiques naturels n’est pas aussi longue que celle des produits conventionnels. Il y a plusieurs raisons à cela et quand on les regarde de plus près, c’est finalement que du positif :

DLUO

  • Les cosmétiques naturels peuvent se comparer à des produits du marché, à savoir de l’ultra frais. Comme ils sont concentrés en actifs qui ont un réel impact sur la peau, il est plus intéressant de les consommer relativement rapidement pour profiter un maximum des vitamines et autres nutriments. Notez que la durée de conservation des produits naturels est tout de même en moyenne de 6 à 12 mois. Pour les produits qui se conservent moins de 30 mois avant ouverture on parle de « DLUO » pour durée limite d’utilisation optimale. Il s’agit donc d’une date fixe qui est affichée sur les articles.

PAO

  • En comparaison, les produits conventionnels affichent généralement une durée de conservation dite « PAO » pour période après ouverture. Dans les faits, cela signifie que la durabilité du produit doit excéder 30 mois et qu’une fois ouvert le produit se garde de 6 à 36 mois selon l’indication se trouvant sur l’étiquette. Cela est principalement possible pour des produits contenant une part très importante d’excipients, à savoir des matières inertes, qui n’apportent pas de réels bienfaits à la peau.

On remarque donc que la principale différence se trouve dans le temps avant l’ouverture du produit. Une fois que le cosmétique commence à être utilisé, la durée de conservation d’un produit naturel et conventionnel est plus ou moins équivalente.

La durée de conservation peut s'exprimer par PAO ou DLUO selon si le produit se conserve plus ou moins de 30 mois avant ouverture.

Je terminerai par une petite comparaison entre les produits aqueux et les produits huileux. Tous les produits qui contiennent de l’eau doivent impérativement être conservés avec un conservateur, ce qui n’est pas le cas avec les produits qui n’en contiennent pas.

Le développement de bactéries n’est pas possible dans l’huile, seule l’oxydation des molécules va se produire dans le temps et il est possible de retarder cet effet grâce à la vitamine E.

Un produit comme un sérum à base d’huiles végétales va donc facilement se conserver 6 à 9 mois grâce à l’ajout de quelques gouttes de vitamine E. Il est également facile d’identifier une fois qu’il ne faut plus utiliser le produit passé la date limite d’utilisation optimale (DLUO), car les huiles vont rancir.

8. Les cosmétiques naturels, j’ai essayé mais ma peau n’a pas aimé

Effet rebond

À cette affirmation, je pourrais répondre : « C’est sûrement une phase d’effet rebond, ça va passer. »

Alors, l’effet rebond, c’est quoi exactement ? Commençons par rappeler que les ingrédients et molécules sont très différents que l’on parle des cosmétiques naturels ou des cosmétiques conventionnels. Vous vous rappelez peut-être que nous avions parlé du pourcentage d’actifs qui composent les produits dans la première partie de l’article : en moyenne 2% pour le conventionnel contre 35% et plus pour le naturel. Il est donc presque normal que la peau réagisse quand on change ses habitudes si drastiquement.

L’effet rebond pourrait donc se résumer à une période d’ajustement durant laquelle la peau aura généralement tendance à exacerber certains problèmes : une peau sèche risque d’expérimenter plus de sécheresse, une peau à tendance sensible plus de rougeurs, une peau à tendance acnéique plus d’imperfections et ainsi de suite.

D’expérience, cette phase concerne en moyenne 40% des personnes et dure généralement de quelques jours à quelques semaines.

Durée d’utilisation

À cette affirmation, je pourrais également répondre par la question suivante : « Durant combien de temps avez-vous testé le produit ? »

Savez-vous qu’en moyenne la peau met 4 à 6 semaines pour se renouveler ? Il ne faut donc pas tirer de conclusions trop hâtives quand on commence à utiliser un nouveau produit. On dit qu’il faut en tout cas utiliser le produit sur un cycle entier pour pouvoir se faire une première idée et qu’il faut idéalement 2 à 3 cycles pour tirer un vrai bilan.

Le pire à faire pour la peau est de tester et zapper régulièrement ; je l’ai appris à mes dépens. Je suis convaincue que le développement de mon acné adulte est en partie lié à une consommation excessive de nouveaux produits et que cela a fragilisé ma peau, qui a donc exprimé son mécontentement en recouvrant mon visage d’imperfections.

La patience est donc le mot d’ordre (sauf en cas de réaction anormale de type allergie bien sûr) et il est recommandé de laisser la peau s’habituer gentiment à un nouveau produit. Si le soin est de qualité, votre peau vous dira merci et elle deviendra de plus en plus belle avec le temps.

Habitudes

À cette affirmation, je pourrais finalement répondre : « Est-ce vraiment votre peau qui n’aime pas ou est-ce vous ? »

Les habitudes sont toujours difficiles à changer et il est vrai que les cosmétiques naturels sont sensoriellement très différents des cosmétiques conventionnels : on nous a habitué à des textures et des parfums qui sont bien loin de ce qu’offre la nature. Par exemple, quand on parle de remplacer une crème hydratante par de l’huile végétale, bien des personnes vont se montrer réticentes et elles ne vont pas facilement considérer les options qui sortent de leur zone de connu.

Je ne peux que vous recommander de choisir vos cosmétiques sur la base de la qualité des ingrédients et des bienfaits qu’ils vont réellement apporter à votre peau. Je ne dis pas que les propriétés sensorielles sont sans importance, mais elles devraient, d’après moi, rester secondaires.

9. Les cosmétiques naturels sont un argument marketing pour vendre

Alerte greenwashing

Quand j’entends cet argument, je vous avoue que je grince des dents, car c’est clairement l’industrie conventionnelle qui utilise les codes et arguments du naturel pour vendre des produits qui ne le sont pas : on appelle cela le greenwashing. Cette technique utilisée par de nombreuses marques permet de se jouer des consommateurs en leur faisant croire qu’un produit est naturel avec un packaging et des slogans qui évoquent la nature. Malheureusement, bien souvent c’est un leurre comme le démontre l’exemple ci-dessous :

Le greenwashing est une technique utilisée par les industriels pour faire croire qu’un produit est naturel alors qu’il ne l’est pas.
Tout est fait pour que le consommateur croie que le produit est naturel : le vert omniprésent sur le flacon, le design végétal, la mention 0%, les arguments marketing « pure » et « à l’extrait de thé vert bio ». Quand on regarde l’étiquette de plus près, il n’en est rien. Il s’agit d’un produit conventionnel qui utilise l’un des tensioactifs les plus agressifs pour la peau !

Privilégier la lecture des étiquettes

Nous sommes souvent attirés en premier lieu par un packaging attractif ou par les arguments marketing percutants indiqués sur le produit. C’est humain et parfaitement compréhensible, mais le reflexe ultime à avoir est d’aller plus loin et de décrypter la liste des ingrédients. Elle seule vous indiquera si le produit est naturel ou non. Des applications comme Clean beauty ou INCI beauty permettent de faire cette évaluation pour vous facilement.

Finalement, rares sont les marques 100% naturelles à s’offrir des campagnes marketing de grande envergure ou à user des codes green à outrance ; elles n’ont simplement pas besoin de mettre en avant le naturel de manière ostentatoire.

10. Les cosmétiques naturels ne sentent pas bon

Il est vrai que les cosmétiques naturels sont olfactivement bien différents des cosmétiques conventionnels. Il est tout d’abord intéressant de se rappeler que la plupart des parfums utilisés par l’industrie sont synthétiques et qu’ils peuvent poser un certain nombre de problèmes, comme nous l’avons abordé au point 4.

Cerveau, odeurs et habitudes

Il y a par contre un lien indéniable entre les odeurs, la mémoire et les émotions. Par exemple, l’odeur de la crème solaire Nivea me rappelle immédiatement mes vacances à la mer quand j’étais petite. Cependant, tout est question d’habitude : le cerveau aime ce qu’il (re)connaît et ce à quoi il est habitué car ça le rassure. En conséquence, il peut, dans un premier temps, envoyer des signes de rejet par rapport à l’inconnu, comme par exemple de nouvelles odeurs. Heureusement, avec le temps il va les apprivoiser et bien souvent développer « un affect » avec des senteurs qui ne nous plaisaient pas spécialement au départ.

Parfums naturels

Je pense que c’est un luxe de pouvoir sentir les vraies odeurs des plantes, car la nature s’exprime à l’état brut. Néanmoins, avec les avancées technologiques, de plus en plus de parfums naturels sont développés, ce qui permet aux marques green de travailler leur signature olfactive pour proposer également une expérience sensorielle à leurs clients. Attention tout de même aux produits parfumés à appliquer sur le visage : les parfums peuvent être irritants ou encore allergisants.

Voilà, nous avons fait le tour des 10 idées reçues que j’entends ou lis le plus sur les cosmétiques naturels. Je vous invite à laisser votre avis ou à commenter sur l’article dans la section coin communauté ci-dessous.

spread the green,

Géraldine

2
Coin communauté

1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
plus récent plus ancien Le plus populaire
Vanessa

Salut! Je sais plus quand j ai commandé mon premier serum chez toi mais il faisait froid 😊 j’adore tes préparations. Une question me taraude cependant. J applique donc le mélange d huile végétaled que tu m as préparé une fois par jour, qu en est t il de la phase acqueuse d une crème? Dois je m appliquer aussi une fois par jour une eau florale?

Autres thématiques

Bien-être